métaphores

La place de la pensée positive, de la « visualisation », des mantras et des métaphores (cf l’article métaphore est une forme de synesthésie) est importante dans la pratique de Psoma.

Voici quelques images à avoir en tête :

Le Yoga est la pratique menant à tolérer les conséquences d’être soi même
Bhagavad Gita

Le psoma est un yoga du XXIème siècle, et cette maxime est atemporelle. En travaillant sur soi nous nous révélons à la fois et nous acceptons.

Le cœur de notre pratique corporelle est la métaphore de l’oiseau :

Si tu tends ton bras et serre tous tes muscles et ta main, tu viens de tuer l’oiseau que tu avais dans la main

Si tu deviens tout mou et que tout ton bras se relâche, l’oiseau s’est envolé…

Si tu tends ton bras, maintient la juste tension afin de relâcher la main tout en ne cassant pas l’alignement poignet coude épaule, et en enlevant toutes les tensions superficielles, tu peux garder l’oiseau en sécurité dans ta main. C’est cela que nous visons, dans toute partie de notre corps, à préserver l’oiseau tout en ne le laissant pas s’échapper, c’est cela qu’on entend par relâchement.

Si nous recherchons un corps libre, nous recherchons également un esprit libéré, c’est la métaphore du chien dans le désert :

deux chiens se rencontrent dans le désert, cela n’appartient à personne le désert. Pourtant à cause de leur ego les deux chiens s’affrontent. Et se séparent. Comme ce sont des chiens, ils ne pensent plus à leur affrontement après coup.
deux personnes se rencontrent dans une entreprise, cela est un lieu arbitraire l’entreprise, même si pas un mot est échangé, à cause de leur ego les hommes vont avoir un conflit de territoire, et un combat mental va commencer entre eux. Ils se séparent. Pour l’un des deux protagonistes, le combat dure des heures, des jours, des semaines, des mois, c’est cela qui le mine. En fait l’autre personne a quitté l’entreprise. Il luttait contre lui même.

 

 

 

Laisser un commentaire