Méditation

Tu ne peux pas empêcher les oiseaux de voler au dessus de ta tête,
mais tu peux les empêcher de faire leur nid dans tes cheveux

Les pratiques méditatives dépassent les simples techniques de pleine conscience ou de méditation zen/bouddhiste, pour englober un florilège de pratiques : le yoga, le qi gong, la prière, l’IBMT (integrative body mind training), la méthode Vittoz, la méditation transcendantale….

Les effets de la méditation ont été observés dans de nombreuses études, et démontrent le lien entre psychisme et organisme (et donc la santé).

La revue Cerveau & Psycho dans son numéro de l’été 2012 y consacrait un long dossier et publiait cette intéressante image synthèse des effets observés :

On peut noter comme effets notables:

  • diminue le stress (University of Massachusetts Medical School, 2003)
  • augmente la créativité (ScienceDaily, 2010)
  • améliore la vie sexuelle et la libido (The Journal of Sexual Medicine, 2009)
  • cultive de bonnes habitudes pour perdre du poids (Journal Emotion, 2007)
  • améliore la digestion et diminue la pression sanguine (Harvard Medical School)
  • diminue le risque de crise cardiaque (The Stroke Journal, 2009)
  • aide à lutter contre l’anxiété, la dépression la colère et la confusion (Psychosomatic Medicine, 2009)
  • diminue la perception de la douleur et améliore les processus cognitifs (Wake Forest University School of Medicine, 2010)
  • renforce les capacités d’attention et de concentration (University of Wisconsin-Madison, 2007)
  • augmente la taille du cerveau (Harvard University Gazette, 2006)

Les études montrent qu’il est important de trouver une méthode confortable plutôt que populaire, les effets bénéfiques de la méditation venant d’une pratique régulière dans le temps.

A lire:
FR
Cerveau & Psycho numéro 52
Les fonctions importantes de l’esprit au repos (notamment pour le concept de soi)
« Tout comme le sommeil semble jouer un rôle important dans l’apprentissage, la consolidation de la mémoire et le maintien des fonctions métaboliques de l’organisme, certains chercheurs se demandent si le temps mental non structuré, le temps pour se déconcentrer et rêvasser, pourrait également jouer un rôle clé dans pour le bien-être mental.  »
EN :
scientifique
Intensive meditation training, immune cell telomerase activity, and psychological mediators.
A non-elaborative mental stance and decoupling of executive and pain-related cortices predicts low pain sensitivity in Zen meditators.
How Does Mindfulness Meditation Work? Proposing Mechanisms of Action From a Conceptual and Neural Perspective

article de presse laternative
Grow your Brain through meditation
Fascinating new research on meditation and brain health
Meditation and the science of brainwaves technologies

6 réflexions au sujet de « Méditation »

    • Merci David,
      concernant les médias, quelqu’ils soient ils ont tous le même problème de source et de déontologie. Il sera important à l’homme du XXIème siècle d’apprendre à « consommer » de l’information et à ne pas être conditionné par un flux abondant et orienté.
      Indépendamment des études qui montrent l’impact négatif de la « surinformation » négative dans laquelle nous vivons, la méditation a de très nombreux effets et sur la structure même de notre « connectique » interne et homéostasie.

  1. Captivant votre démarche. Je suis praticien en hypnose ericksonienne et pnl, et je travaille sur une forme de méditation typée auto-hypnose et quelques exercices tirés des neurosciences, ainsi qu’un calage sur epicure, hédonisme raisonné pour l’approche européenne. Et mes recherches me mènent ici. Je le redis, démarche captivante, j’espère avoir l’occasion de discuter un peu plus avec vous.

    • Bonjour Patrick,

      merci pour votre commentaire. J’ai commencé mes recherches après une mort clinique, un coma et des soins intensifs. Mon ami David m’a parlé d’exercices de visualisation comme j’étais très limité… cela m’a beaucoup aidé, après coup j’ai pu découvrir les neurosciences et les neurones miroirs, et me suis intéressé au moyen d’accès au système neurovégétatif et à comment réguler l’activité cérébrale. En parallèle j’ai travaillé sur la mémoire du corps (tissulaire/cellulaire) via les thérapies manuelles.
      Au plaisir d’échanger avec vous à l’occasion et vous êtes également bienvenu si vous désirez passer à un cours, je montre pour ma part une méditation qui travaille sur le système neurovégétatif.
      Bien à vous
      Fanfan

  2. Hello out there !

    on parle de méditation , là ou on est plus dans une attitude/technique méditative, me semble t-il; Le fait d’utiliser de la visualisation ou une technique me fait dire qu’on est légèrement en périphérie de ce que serait l’état de conscience méditatif.
    Lorsqu’il y a oubli de la technique et présence pure il doit se passer quelque chose qu’on ne peut rechercher.
    Ceci dit l’intention mise dans nos pratique aident bien à débrousailler tout le fatras!

    T.

Laisser un commentaire