Nouvelles du bord (fin 2017)

Bonjour à tous,

Je prends le temps d’écrire un peu sur le blog que j’alimente moins que la page facebook.

Alors, pour faire court : j’ai un métier à temps plein sans rapport avec psoma, je monte une auto-entreprise en coaching de gestion du stress (qui me permet de proposer ma double démarche thérapie des mémoires traumatiques et psoma à des entreprises), la nuit je travaille depuis deux ans sur un livre d’anthropologie évolutionniste de l’émergence de la vie aux dysévolutions ou pathologies étant apparues de manière paradoxales.

Je vais principalement consacrer mon temps au développement de ma micro-entreprise, et j’espère pourvoir donner des nouvelles prochainement, même si je continuerai l’enseignement via des stages.

Si vous aimez mon travail photographique, j’ai désormais un site sur lequel vous découvrirez mon travail et présence sur divers réseaux sociaux. Je vais également commencer à vendre des tirages pour financer mes activités.

Concernant les stages, voici le CR que j’ai publié sur fb du dernier épisode :

Quelques mots sur le stage d’hier. J’ai eu la chance de passer la journée avec des personnes qui ont déjà participé à des stages avec moi, et qui ont une riche expérience corporelle. S’entrainer dans une belle forêt est un luxe également. Merci aux personnes qui me font confiance et avec qui je partage de beaux moments.

J’ai été interrogé sur comment je travaillais certains exercices à des buts thérapeutiques. Alors, plutôt que de voir une foule de postures, nous avons seulement travaillé un exercice. Mais avec la respiration, la proprioception de comment nous nous fermons nous-mêmes au lieu de nous ouvrir, et comment chacun d’entre nous étant différent de ses traumatismes ou expériences, ce que nous devons travailler est à adapter à notre histoire.

Après avoir pris conscience comment nous occultions certaines parties de notre corps et comment les conscientiser et aller travailler dessus. Et notamment en regardant comment un travail sur le bas du corps avec un impact sur le haut du corps. Nous avons appris à lire un corps debout, et regardé comment on pouvait travailler la posture avec les mains jusqu’à l’épaule. Notamment en regardant comment les tensions et déséquilibres se propageaient jusqu’aux extrémités du corps.

Nous avons constaté les liens entre bassin épaules et mâchoires. Comment avec la même information visuelle nous pouvons avoir des causes tensionnelles dans le corps, en touchant les personnes, différentes. Comment en situation de stress on pouvait avoir des axes de fermeture du tronc et de fermeture des doigts dans les mains. Et comment on pouvait recentrer la structure d’une personne sans manipulation en apportant une correction informationnelle à des endroits stratégiques du corps (en l’occurrence main / bras pendant le stage).

Nous avons constaté que le travail sur les doigts pouvait également avoir une application martiale ou corporelle, en induisant une intention ou des chaines différentes pour se déplacer. Nous avons exploré la pince physiologique (pouce + index), majeur, index + majeur, auriculaire.

Le travail a été complété avec une approche de travail de rééducation avec ballon lesté, massues, baton. Toujours dans une optique d’utiliser tout son corps et d’utiliser des outils pour prendre conscience des parties où cela ne coule pas dans son corps.

La journée a conduit à un réalignement de tous les participants, constaté visuellement.

Bonne fin  d’année à tous, merci à ceux qui prennent des nouvelles.

Fanfan

 

Laisser un commentaire