[TED] qu’est-ce qui fait une vie réussie ?

– les gens les plus heureux et qui vieillissent le mieux sont ceux qui ne sont pas seuls
– la qualité des relations prime sur le nombre
– cela a aussi un impact sur le cerveau au niveau de la préservation de la mémoire et, la capacité à supporter la douleur en vieillissant

Soleil, cerveau et exercice

IMG_6824water« Permettez-moi de dissiper un mythe sur le développement du cerveau », a déclaré Spitzer (docteur en neurosciences à l’université de Californie et rédacteur en chef de Brain facts) dans The Economist. « Beaucoup de personnes pensent que la musique classique va améliorer les fonctions cérébrales (effet Mozart) ou que jouer à des jeux spécifiques développe les fonctions cognitives. Ces théories ont été examinées en détail et elles ne tiennent pas debout. C’est décevant dans un sens, mais ce que nous avons appris, c’est que l’exercice est l’élément clé pour le fonctionnement du cerveau. « 

Par l’exercice, on entend toute activité et -encore plus important- l’exposition au soleil. »

http://qz.com/116105/gym-workouts-and-sunbathing-do-more-for-your-brain-than-crosswords-and-mozart/

Alzheimer : un diabète de type 3 ?

brain_insulin_alzheimers_type_3

Un très intéressant article sur Alzheimer, qualifié par certains depuis quelques années de diabète de type 3


« Cette seconde approche, celle de l’équivalence Alzheimer / diabète, avec ses avancées théoriques et résultats expérimentaux prometteurs, gagne du terrain au point que beaucoup se mettent à requalifier la maladie d’Alzheimer en « diabète de type 3 » ou « diabète du cerveau ». En comprenant cette maladie comme une conséquence du développement progressif et auto-entretenu d’une résistance à l’insuline au niveau des neurones du cerveau, détruisant petit à petit leur capacité à utiliser le glucose comme source d’énergie (et provoquant par ailleurs l’accumulation de déchets amyloïdes sous forme de plaques), s’ouvre une autre piste thérapeutique pour espérer traiter les malades: l’utilisation d’une source d’énergie alternative pour les neurones. »


Source FR : http://jesrad.wordpress.com/2014/07/23/alzheimer-le-diabete-de-type-3/

L’auteur soulève également une grande avance dans la recherche collaborative

fumer : photographie de jumeaux

fumerPhotographie de jumeaux, l’un ayant fumé, l’autre non, sur le site du MET.

Posture assise….

Pensez-y, la posture assise est une des plus grandes évolutions modernes et nouvelle contrainte qui a remodelé notre corps via notre bassin, que les milieux de la santé dans les pays anglo-saxons ont fini par appeler sitting disease (le mal d’être assis).

sittingdisease(source image : http://www.juststand.org/tabid/674/language/en-us/default.aspx )

« Mais attention, lance l’ostéopathe Rob Danoff, si « nous ne sommes pas faits pour être assis toute la journée, nous ne sommes pas faits non plus pour être toujours debout », ce qui peut aussi provoquer des problèmes. « Il ne faut pas aller d’un extrême à l’autre », dit-il. »

Source FR :  http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20140530.OBS8949/debout-rester-assis-au-bureau-nuit-gravement-a-la-sante.html

L’extrême inverse générant d’autres problèmes comme le souligne cette étude canadienne sur les métiers à posture debout : http://www.invisiblequifaitmal.uqam.ca/en/publications/5.1.1.9.pdf

« la station debout prolongée a été associée avec des inconforts aux extrémités inférieures ainsi que des symptômes cardiovasculaires »

Je vous recommande la lecture de l’article d’Erik Dalton : le puzzle de la posture parfaite (proprioception, compensation, décompensation, lutte extrinsèque-intrinsèque)

Sciatiques et mal aux lombaires

 

Penser à libérer le piriforme dans les cas de sciatique :

32-33-piriformis-sciatic-nervequelques exercices proposés :

(source EN : http://blog.corewalking.com/creating-space-sciatic-nerve-pain/  )

10398094_666206190114265_4718721600153056545_n5 asanas expliqués sur : http://www.herniateddiscinfo.com/

 

 

Quelques études sur la visualisation en traitement post avc

neuro

Les études suggèrent de manier exercices de visualisation de pair avec un travail physique de rééducation :

Cela suggère que le bénéfice de la pratique mentale comme précédemment montré par  nous-mêmes ( Dijkerman et al., 2004) et d’autres , est essentiellement due à la pratique physique et mentale combinée. Il est encore incertain si le bénéfice de cette combinaison est associée à des modèles cognitifs améliorés des mouvements effectués , les mécanismes de motivation, ou un effet indirect de la neuroplasticité où la pratique mentale réactive les représentations motrices récemment utilisées, permettant ainsi une augmentation de l’effet de la pratique physique elle-même. Cela suggère que seuls les patients avec une capacité motrice préservée pourraient bénéficier de la pratique mentale qui fonctionne uniquement en combinaison avec la pratique physique « .

Source [EN] : http://brain.oxfordjournals.org/content/134/5/1373.full
source image : http://www.humanconnectomeproject.org/

Alimentation

Dans la pratique de PSOMA nous travaillons sur le corps-esprit via des pratiques corporelles seules, à plusieurs, également via la méditation et la pensée positive, ainsi que le toucher pour aider à libérer les mémoires corporelles.

Mais il ne faut pas oublier un des éléments essentiels de toute ascèse de vie : l’alimentation.

Que ton aliment soit ton premier médicament
Hippocrate

On a souvent oublié (ou négligé) les mots d’Hippocrate, mais au final c’est aussi un des sujets les plus épineux à aborder, compte tenu des nombreux dogmes (médicaux) qui entourent les diététiques modernes, les enjeux de l’agro-alimentaire et de la pharmaceutique, ainsi que les aspects culturels de l’alimentation.

De mes lectures j’ai été confronté à deux « écoles » sur l’alimentation qui revenaient de manière récurrente, et qui interrogeaient sur ce que l’on pense savoir sur l’alimentation et son impact sur la santé.

Compte tenu de la complexité de ces sujets, je ne rentrerai pas dans les détails :

  • La « première école », est celle de la paléo-diète qui nous explique globalement que notre alimentation a évolué plus rapidement que nos organismes, et que certains aliments sont des poisons lents, et qu’il faut manger comme nos ancêtres (légumes, protéines, diminuer consommation de sucre, farine, huiles végétales riches en acide gras poly insaturés)
  • La « deuxième école », réapparait sous de nombreuses appellations. Historiquement, visiblement, il faut en attribuer la paternité à un concurrent oublié (mais en phase de retour historique) de Pasteur, Béchamp qui est le père de la théorie du terrain biologique :  » Pratiquement toutes les maladies sont dues à l’acidité du terrain« . L’acidité provenant de notre alimentation, du stress etc… aujourd’hui de nombreux chercheurs sur le cancer remettent ces théories au devant de la scène et parle de prévention alimentaire en favorisant une alimentation qui favorise un ph alkalin dans notre corps.

Ce sont de vastes sujets qui méritent notre attention, et j’y reviendrai.

Maintenant que j’ai terminé cette longue introduction, je vous propose une traduction partielle d’un article d’un cardiologue qui vient de reconnaitre avoir eu tort après sa carrière, et qui nous partage ses conclusions sur les causes des problèmes cardiaques et dont les conclusions ont fait écho dans mon esprit :

Sans inflammation présente dans notre organisme, il n’y aurait aucun moyen que le cholestérol s’accumule sur les parois des vaisseaux sanguins et cause des problèmes cardiaques et des infarctus.Sans inflammation le cholestérol se déplacerait librement à travers le corps comme la nature l’a prévu. C’est l’inflammation qui piège le cholestérol.

L’inflammation n’est pas compliquée – c’est assez simplement votre défense naturelle contre des corps étranges comme les bactéries, toxines ou virus. Le cycle inflammatoire est parfait dans sa manière de protéger l’organisme de ce ces bactéries et virus. Cependant si nous exposons chroniquement  le corps à des agressions par toxines ou alimentaires, le corps humain n’a jamais été conçu pour ce processus,  un état apparait alors appelé inflammation chronique. L’inflammation chronique est juste aussi nuisible que l’inflammation aigue est bénéfique

(…)
Le reste d’entre nous ont simplement suivi les recommandations des experts diététiques de la pensée dominante : pauvre en graisse et élevé en graisses poly insaturées et glucides, sans savoir que nous causions alors des blessures répétées à nos vaisseaux sanguins.

Cette agression répétée crée une inflammation chronique menant à des problèmes cardiaques, infarctus, diabète, et l’obésité.
Laissez moi le répéter : la blessure et l’inflammation dans nos vaisseaux sanguins est causée par la diète basse en graisse recommandée depuis des années par la médecine
mainstream.

Quels sont les plus grands coupables de l’inflammation chronique ? Assez simplement, ils sont la résultante d’une surconsommation de glucides transformés (sucre, farine et tous les produits faits avec ces produits) et l’excès de consommation d’omega 6* (huiles végétales comme l’huile de soja, grain, tournesol) qui sont présent dans beaucoup de nourriture transformée.

*(note de psoma)concernant les oméga 6 : cela concerne également la viande des animaux nourris aux céréales par opposition à ceux qui broute de l’herbe ou consomme du foin  (riche en omega 3)

A noter, si ce cardiologue est controversé, ces idées sur le cholestérol ont de nombreux défenseurs et études, et je vous invite à lire cet article en français sur le Mythe du cholestérol.

Pour les anglophones je vous invite à lire cet article sur le blog de Mark Sisson : vous y verrez une réflexion sur la nourriture saine ou « SANE » en anglais (pour Satiété, Agression, Nutrition, Efficacité) ainsi qu’une réflexion sur la sagesse populaire sur l’exercice et l’alimentation vue par les scientifiques modernes

Suite à des questions sur quoi manger : concernant la nourriture, comme vous l’avez constaté, j’ai mis plusieurs régimes qui ne disent pas tous forcément la même chose, et chacun fera ses choix ! Il est important de prendre du plaisir à ses activités, et manger est une activité importante :) (sans oublier que changer un régime alimentaire peut être parfois difficile, et nous avons des intolérances alimentaires propres à chacun également)
Il peut être salutaire de se rendre compte si on a des addictions (alcool ou sucre) afin de les limiter, et globalement, mangeons varié !
ce que disent ces régimes est de préféré de la nourriture non transformée (non industrielle) et « saine » (sans pesticides, sans métaux lourds, sans OGM…), diminuer le sucre (dont sucres lents), favoriser les légumes et aliments alcalins. Maintenant comme je le disais en introduction, les régimes alimentaires sont des choix personnels (bien entendu tant qu’on nous impose pas de manger des OGM ou autres…) et je tenais juste à attirer l’attention sur une autre manière de voir la santé par l’alimentation.

Merci à David et Willy de l’association Recherche Corporelle & Martiale pour leurs retours constructifs sur cet article.
Article modifié le 2 Septembre